Offres d’emploi

Moi, j’aime les conflits, et vous?

Julie Comtois

Julie cumule une vingtaine d’années d’expérience en ressources humaines.

L’altruisme est l’une de ses premières qualités : toujours là pour aider les autres, elle s’investit afin de contribuer au bien-être de chacun.

Son écoute, combinée à une profonde volonté de trouver des solutions sur mesure et créatives, l’amène à identifier les réels besoins du client et à y répondre de la façon la mieux adaptée

Facilitatrice CoachingOurselves et formatrice Belbin

Je sais, il y a peu de gens qui aiment la chicane. En fait, ce n’est pas tant le conflit que j’aime, mais plutôt les bénéfices retirés à la gestion de celui-ci.

Une étude canadienne démontre que la majorité des gens voient un aspect positif à la suite d’une bonne gestion de conflit. Les principales contributions observées sont une meilleure compréhension des autres, des solutions bonifiées quant aux problèmes et aux défis, des relations de travail améliorées dans certains cas, une augmentation de la performance de l’équipe, des innovations importantes et la création d’idées. Imaginez, seulement 13 % des gens interrogés ne reconnaissent aucun impact positif à la gestion de conflit.

Et vous? Comment réagissez-vous?

Évidemment, personne ne réagit de la même façon en situation de conflit. Certains l’évitent, d’autres voudront le résoudre, et ce, peu importe le prix à payer. En fait, notre façon de réagir envers le conflit dépend essentiellement de deux facteurs : l’objectif à atteindre et le maintien de la relation. Prenons par exemple une situation de conflit avec un membre de votre famille, bien que vos intérêts personnels dans ce conflit vous soient importants, il est probable que votre souhait de maintenir de bonnes relations avec la personne vous amène à agir différemment.

Il existe cinq façons d’affronter le conflit :

  • Force : Éliminer le conflit coûte que coûte. Vous vous sentez gagnant, mais les autres se sentent vaincus, voire humiliés.
  • Évitement : Refuser d’affronter le conflit. Le problème demeure non résolu et les frustrations s’accumulent.
  • Accommodement : Donner raison à l’autre partie. La personne peut vouloir tirer la solution à son avantage dans le futur en ramenant le fait qu’elle a accommodé l’autre.
  • Compromis : Rechercher rapidement un accord. Ces solutions expéditives sont parfois peu efficaces dans le temps.
  • Coopération : Résoudre le problème ensemble. Les deux parties se sentent engagées envers la solution. Toutefois, celui-ci demande plus de temps de la part des parties impliquées.

Certains conflits peuvent paraître sans issue. N’hésitez pas à demander de l’aide. Il suffit parfois qu’une personne neutre vous aide à prendre du recul par rapport à la situation et vous amène à canaliser les faits pour que vous puissiez y voir plus clair.

Ne laissez pas le temps arranger les choses. Ce proverbe peut vous causer plus de problèmes que vous ne le croyez!

Déployez tout le potentiel de votre organisation grâce à des stratégies éprouvées!

Laissez-vous guider par nos conseillers reconnus qui savent cibler rapidement les enjeux et vous proposer des solutions adaptées à votre réalité.

Je suis prêt

Partager

Catégorie(s)

Vous pourriez aimer

La reconnaissance au travail

Quelle place y faisons-nous ? J’ai lu récemment un article dans la revue Gestion du HEC Montréal[1] qui présentait la reconnaissance au travail comme étant un facteur de santé psychologique. L’article présentait des données assez frappantes : les gens qui reçoivent de la reconnaissance au travail de la part de leur supérieur vivent moins de détresse psychologique […]

L’aube de la retraite dans nos entreprises

3 façons de valoriser nos gens d’expérience Beaucoup d’efforts ont été mis sur le recrutement dans votre entreprise? Selon des données récentes de Statistiques Canada[1], la pénurie de main-d’œuvre actuelle est le résultat d’un changement démographique causé par le vieillissement de la population. En bref, il n’y a tout simplement pas suffisamment de travailleurs disponibles […]